» Lifestyle » Alimentation » Omega 3 et 6 – Les bienfaits sur le contrôle de l’inflammation chronique

Omega 3 et 6 – Les bienfaits sur le contrôle de l’inflammation chronique

Omega 3 et omega 6: acides gras essentiels que l’organisme ne produit pas lui-même mais dont il a absolument besoin.

Les bienfaits des omega 3 et omega 6 sont multiples: ces acides gras favorisent le bon fonctionnement des cellules , la bonne coagulation du sang, l’immunité face à certaines affections et occupent un rôle important au niveau de l’inflammation, du bon fonctionnement du coeur et des artères.

Ces acides gras essentiels doivent être apportés à l’organisme soit par le biais de l’alimentation, soit par le biais de compléments alimentaires.

Le rapport entre inflammation et douleurs (dos, os, épaules, articulations, cervicales,etc…) est simplement évident et c’est la raison pour laquelle il me semble utile de publier cet article.

L’un des agents favorisant de l’inflammation chronique est un déséquilibre dans le rapport omega 6 / omega 3 présents dans notre alimentation en Europe Occidentale ou sur le continent Américain.

On vise ici les huiles végérales telles que l’huile de soja ou l’huile de tournesol que l’on retrouve un peu partout dans notre alimentation quotidienne.

Riches en acides gras omega 6, ces huiles végérales sont réputées excellentes pour notre santé.

En tous cas c’est ce que l’on nous dit depuis des années et le jaune de la bouteille, le bleu du ciel et le tournesol sur l’étiquette ont fini par nous convaincre définitivement de consommer ces huiles à volonté.

Or le rapport omega 6 / omega 3 présents dans ces huiles végétales est de 200:1 (!) alors qu’il est recommandé de respecter un rapport de 5:1 (5 omega 6 pour 1 omega 3)

Le corps a besoin de ces 2 acides gras mais lorsque l’équilibre entre la quantité de l’un par rapport à l’autre n’est pas respecté, les bienfaits de l’un des deux (dans ce cas-ci les omega 3) seront annulés: en effet, les deux acides gras utilisent les même enzymes pour créer leurs agents inflammatoires pour les omega 6 et anti-inflammatoires pour les omega 3.

Et tant que l’on ne nous explique pas l’importance de cet équilibre à respecter entre les 2 types d’acides gras (rapport omega 3 omega 6) nous continuons à consommer sans nous poser de question.

Concrètement, cela signifie que si notre alimentation est trop faible en acides gras omega 3 et que nous cuisinons essentiellement avec de l’huile de tournesol, de l’huile de soja ou de maïs, notre corps fabrique en permanence des agents inflammatoires (à notre insu), alors que nous sommes persuadés de poursuivre une alimentation équilibrée.

Et voilà comment par manque d’omega 3 ou par abondance d’omega 6, petit à petit, l’inflammation chronique s’installe, et finit par ne plus nous quitter.

Si l’on n’y prend garde, ce déséquilibre entre les deux acides gras peut finir par faire des ravages sur notre santé.

L’inflammation est un signal utile et important…

… mais souvent pénible à supporter, surtout quand elle devient chronique.

C’est l’inflammation qui nous signale que quelque chose ne fonctionne plus comme il faut quelque part dans notre corps et qu’il faut remédier, soigner.

Lorsque l’inflammation devient chronique et incontrôlable, lorsque pommades et médicaments anti-inflammatoires n’ont plus d’effet sur elle, l’inflammation finit par s’attaquer aux tissus adjacents.ouvrant ainsi la voie à des maladies irréversibles telles que maladie d’Alzheimer, arthrite, les maladies cardiovasculaires, le cancer, diabètes de type II et autres maladies de type inflammatoires.

Les aliments riches en omega 3

On distingue 3 catégories d’ acides gras omega 3

ALA – que l’on trouve dans:

  • Les graines et huile de lin
  • Les graines et huile de chanvre
  • Les graines et huile de Chia ( Menthe et sauge)
  • Les noix
  • L’huile de colza
  • Certains légumes à feuilles vertes (Broccoli, choux, épinards, ciboulette,  poireaux)
  • Les capsules d’huiles de lin en compléments  alimentaires

EPA – que l’on trouve dans:

  • Les poissons gras sauvages – Les poissons les plus riches en omega 3 sont : le flétan, le saumon, le hareng, la truite, le thon, le maquereau, l’anchois et la sardine
  • Les capsules d’huile de poisson sauvage, en compléments alimentaires, sont également considérés comme des aliments riches en Omega 3.

Les propriétés anti-inflammatoires des acides gras ALA et EPA ont été démontrées par plusieurs études qui mettent en avant les bienfaits de la consommation de ce type d’omega 3 pour ce qui concerne:

  • la régulation cellulaire et cardiovasculaire.
  • la baisse du taux de mauvais cholestérol
  • la prévention du cancer et diminutions des risques de crise cardiaque
  • diminution des douleurs au niveau des articulations et du rhumatisme

Ces études mettent également en avant des améliorations importantes des symptômes de dépression chez les sujets observés.

DHA – que l’on trouve dans:

  • Les algues comestibles (Salicorne, laitue de mer, spiruline)
  • Certaines algues comestibles (ex. la spiruline) sont disponibles sous forme de comprimés en compléments alimentaires
  • Les poissons gras
  • Les capsules d’huiles de poisson sauvage (compléments alimentaires )

Le DHA est un constituant naturel des neurones et à ce titre, un apport supplémentaire quotidien ou en cure de DHA produit ses effets bénéfiques au niveau

  • du fonctionnement du cerveau
  • des yeux, de la rétine et de la vision en général
  • du système nerveux

Des études ont démontré les bienfaits des acides gras DHA chez des personnes atteintes de la maladie d’Alzehimer.

Ces études font également état d’une amélioration de la mémoire et de la capacité d’apprentissage, un meilleur fonctionnement du système cardiovasculaire ainsi q’une diminution de l’hypertension.

Quelle quantité d’omega 3 doit-on consommer quotidiennement ?

Il est recommandé de consommer quotidiennement 3 grammes d’omega 3 par le biais de l’alimentation classique,  ou 2 grammes par le biais de compléments alimentaires.

Il est important de respecter ces quantités, sous peine de problèmes de santé qui peuvent devenir graves (problèmes de coagulation augmentation du taux de mauvais cholestérol, diminution des réponses anti-inflammatoires et immunitaires de l’organisme.

En cas de grossesse ou de maladie coronarienne, il convient de consulter le médecin pour connaitre les quantités qui peuvent être consommées avec bénéfice.

Les aliments riches en omega 6 ?

On distingue 2 catégories d’acides gras oméga 6

LA – que l’on  trouve dans:

  • Huiles végétales

AA – que l’on trouve dans:

  • La viande et les  graisses animales
  • Les oeufs
  • Les produits laitiers

Les propriétés des acides gras AA et LA ont été démontrées par des études qui mettent en avant l’action bénéfique de la consommation de ce type d’aide gras et notamment les bienfaits au niveau des muscles et du cerveau.

Cependant, ces acides gras sont facilement convertis en agents inflammatoires et une trop grande quantité réduira les effets anti-inflammatoires et les bienfaits des omega 3.

La quantité quotidienne d’omega 6 recommandée est fonction de l’âge et le calcul le plus logique est de multiplier par 5 la quantité quotidienne d’omega 3 consommée.

Les bienfaits des omega 3 & 6: une question d’équilibre

A la lecture de ce qui précède, il serait tentant de conclure qu’il suffit d’augmenter la consommation de poisson sauvage ou de capsules d’huile de poisson pour augmenter l’apport d’acides gras, bénéficier des bienfaits des omega 3 et vivre en bonne santé, mais ce serait prendre un raccourci qui pourrait se révéler dangereux.

Il est important de ramener la consommation d’omega 6 à des quantités acceptables pour l’organisme et de bien respecter le rapport de 5:1 que nous apportons à notre organisme.

Il ne faut pas non plus tomber dans l’excès contraire, et considérer les omega 6 uniquement comme des fabricants d’agents inflammatoires et les éliminer de notre alimentation: notre corps à besoin de ces acides gras et il est important d’en consommer un minimum chaque jour.

Comme dans toute chose, il faut rester modéré et conscient de ce que l’on fait.

Et mon dos dans tout ça ?

D’une “simple” lombalgie qui vous bloque régulièrement à une hernie discale lombaire qui vous immobilise, il est important de comprendre que le corps cherche toujours à essayer de se guérir par ses propres moyens, mais on peut lui donner un petit coup de main en lui apportant protéïnes,  vitamines et acides gras dont il a besoin grâce à une alimentation saine et équilibrée.

Il faut pouvoir faire la distinction entre ce qui nous fait mal parce que quelque chose est cassé (auquel cas il faudra opérer ou vivre avec) et ce qui nous fait mal parce que quelque chose est “seulement” abîmé.

Dans ce 2ème cas de figure,  au-delà de tout traitement thérapeutique, c’est sur l’inflammation qu’il faut travailler: ce qui est abîmé doit se soigner autrement que par la chirurgie et peut même finir par se réparer, mais cela peut prendre du temps.

Pour prendre un exemple concret, un nerf sciatique qui a été comprimé trop longtemps se regénèrera plus vite si on lui donne un petit coup de main grâce à une alimentation appropriée.

Ce n’est pas une fatalité de souffrir et d’avaler des médicaments pendant des années.

Aidons notre corps et notre corps nous aidera.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email