» Douleur » Ibuprofène et Covid-19: qu’en est-il réellement?

Ibuprofène et Covid-19: qu’en est-il réellement?

Ibuprofene & coronavirus: fact checking

La prise d’ibuprofène peut-elle être un facteur aggravant en cas d’infection au Coronavirus?
L’ibuprofène, au même titre que d’autres médicaments dits AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) a récemment été cité comme facteur aggravant de la maladie du Coronavirus, dans une rumeur qui s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux ainsi que dans certains journaux télévisés à heure de grande écoute.

Il y a parmi les lecteurs de ce blog plus d’une personne concernée: L’ibuprofène est probablement le médicament le plus utilisé pour diminuer l’inflammation et soulager le mal de dos et les douleurs que peuvent entrainer une hernie discale, une sciatique ou une discopathie dégénérative: il me semblait important de mettre les points sur les “i” par rapport à la diffusion de cette non-information.

Suite à cette fausse information, dans un communiqué daté du 18 mars 2020, l’EMA (European Medicine Institute) a publié l’information suivante:

Il n'existe actuellement aucune preuve scientifique permettant d'établir une corrélation entre l'ibuprofène et l’aggravation de l'évolution de la maladie COVID-19.
L'EMA suit la situation de près et évaluera toute nouvelle information qui sera disponible sur cette question dans le contexte de la pandémie.

C’est l’agence nationale Française pour la sécurité des médicaments et de la santé (ANSM) qui, suite à une enquête, a la première suggéré que l’infection causée par la varicelle et par d’autres infections bactériennes pourrait être aggravée par les médicaments AINS.Qui plus est, les informations publiées dans la notice de ces médicaments font état du fait que les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent masquer les symptômes d’une infection qui s’aggrave.
Cette enquête a incité le comité de sécurité de l’EMA à conduire une révision sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens au mois de mai 2019.

Cette étude doit permettre d’établir si de nouvelles mesures de prévention sont nécessaires par rapport à l’utilisation de ces médicaments.

Ibuprofène & Covid-19 Fact checking

Cet article n'est ni une incitation à consommer de l'ibuprofène, ni un conseil à arrêter un traitement éventuel. La seule personne qui peut vous conseiller en la matière est votre médecin traitant

L'EMA recommande de poursuivre les traitements dans les doses prescrites.

Au début du traitement de la fièvre ou de la douleur au cours de la maladie COVID-19, les patients et les professionnels de la santé doivent considérer toutes les options de traitement disponibles, y compris l’acétaminophène et AINS.

Chaque médicament a ses avantages et ses risques tels que décrits dans les informations sur le produit et qui doivent être pris en considération conjointement avec les directives européennes, dont beaucoup recommandent le paracétamol comme première option de traitement contre la fièvre et la douleur.
En Italie, foyer du Coronavirus en Europe, les directives nationales de traitement indiquent que les patients et les professionnels de la santé peuvent continuer d’utiliser des AINS (tels que l’ibuprofène) comme indiqué dans les informations sur le produit approuvé.
Les recommandations actuelles demandent que ces médicaments soient utilisés à la dose efficace la plus faible la période la plus courte possible.
Les patients qui ont des doutes doivent contacter leur médecin ou leur pharmacien. Actuellement il n’y a aucune raison d’arrêter le traitement à l’ibuprofène, sur la base de ce qui précède et notamment pour les patients prenant de l’ibuprofène ou d’autres AINS pour des maladies chroniques.
A la suite de l’examen des données de sécurité de l’ibuprofène et du kétoprofène, l’EMA souligne la nécessité de mener rapidement des études épidémiologiques afin de fournir des preuves suffisantes sur effets des AINS sur le pronostic de la maladie COVID-19.

Dans l’Union Européenne, la plupart des médicaments contenant de l’ibuprofène sont autorisés dans le cadre d’un traitement contre la fièvre.
Ils sont largement disponibles en vente libre et sur ordonnance. Ibuprofène par voie orale à des doses de 100 mg, 200 mg ou 400 mg.
Des solutions orales (en vente libre ou sur ordonnance) sont utilisées, selon le cas chez l’adulte, l’enfant et le nourrisson à partir de l’âge de trois mois, pour le traitement à court terme de la fièvre et / ou douleur telles que: maux de tête, grippe, douleur dentaire et douleur menstruelle.

L’ibuprofène est également prescrit pour le traitement de l’arthrite et des maladies rhumatismales.
Le Kétoprofène est un médicament similaire, disponible principalement sur ordonnance pour une utilisation dans diverses conditions douloureuse et inflammatoire, bien que dans certains États membres, il soit disponible en vente libre.
L’ibuprofène a également été autorisé au niveau central sous le nom de Pedea pour traiter le conduit artérielle brevetée chez les bébés prématurés.

Le document officiel ayant servi de base à la rédaction de cet article peut être téléchargé sur le site de l’AIFA (Agencia Italiana del Farmaco)